NEP-540. Appréciation des estimations comptables

Cette norme d'exercice professionnel (NEP 540) qui correspond à l'adaptation des normes ISA 540 et 545 a été homologuée par arrêté du 10 avril 2007 publié au J.O. n° 103 du 03 mai 2007.

Norme d'exercice professionnel

Cette norme d'exercice professionnel qui correspond à l'adaptation des normes ISA 540 et 545 a été homologuée par arrêté du 10 avril 2007 publié au J.O. n° 103 du 03 mai 2007. Elle remplace la norme 2-420 « Appréciation des estimations comptables » du référentiel normatif CNCC de juillet 2003.

1. Introduction

01. Certains éléments des comptes ne peuvent pas être mesurés de façon précise et ne peuvent qu’être estimés. Il peut résulter de ces estimations un risque que les comptes contiennent des anomalies significatives.

02. La présente norme a pour objet de définir les procédures d’audit spécifiques relatives :

03. Cette norme s’applique aux estimations comptables, y compris les estimations en valeur actuelle et en juste valeur, retenues par la direction pour l’établissement des comptes ainsi qu’à l’information portant sur ces estimations fournie dans l’annexe des comptes.

2. Caractéristiques des estimations comptables

04. En fonction des dispositions du référentiel comptable applicable et des caractéristiques de l’actif ou du passif concerné, les estimations comptables peuvent être simples ou complexes et contenir une part plus ou moins importante d’incertitude et de jugement.

05. Certaines estimations comptables sont susceptibles de n’entraîner qu’un risque d’anomalies significatives faible.

Il en est ainsi, par exemple, des estimations comptables relatives à des opérations courantes, qui sont régulièrement réalisées et actualisées, pour lesquelles les méthodes prescrites par le référentiel comptable sont simples et facilement applicables.

06. Les estimations comptables relatives à des opérations non courantes, en raison de leur importance et de leur nature, ou qui reposent sur des hypothèses fortes laissant une place importante au jugement de la direction peuvent entraîner un risque élevé d’anomalies significatives.

Il en est ainsi des estimations comptables relatives aux coûts que certains litiges en cours sont susceptibles d’engendrer ou des estimations comptables d’instruments financiers pour lesquels il n’existe pas de marché.

07. Lorsque les estimations comptables laissent une part importante au jugement, les objectifs poursuivis par la direction, qui pourrait, volontairement ou non, orienter le choix des hypothèses sur lesquelles se fondent ces estimations, peuvent entraîner un risque d’anomalies significatives.

3. Prise de connaissance du processus d’évaluation de l’entité et évaluation du risque d’anomalies significatives résultant d’estimations comptables

08. Afin d’identifier et d’évaluer le risque d’anomalies significatives résultant d’estimations comptables, le commissaire aux comptes met en oeuvre des procédures d’audit qui consistent à prendre connaissance :

09. Le commissaire aux comptes prend également connaissance des données utilisées pour le calcul des estimations comptables.

10. Parce que la direction est responsable du contrôle interne mis en place dans l’entité et de la préparation des comptes et qu’elle peut influencer les choix des modalités d’évaluation utilisées, le commissaire aux comptes s’enquiert auprès d’elle :

4. Procédures d’audit à mettre en oeuvre en réponse au risque d’anomalies significatives relatif aux estimations comptables

11. En réponse à son évaluation du risque d’anomalies significatives dans les comptes, résultant d’estimations comptables, le commissaire aux comptes conçoit et met en oeuvre les procédures d’audit lui permettant de collecter des éléments suffisants et appropriés pour conclure sur le caractère raisonnable des estimations comptables retenues par la direction, et, le cas échéant, de l’information fournie dans l’annexe sur ces estimations.

12. Le commissaire aux comptes apprécie si les estimations comptables sont conformes aux règles et principes comptables prescrits par le référentiel comptable applicable.

13. En fonction de l’estimation comptable qu’il veut contrôler, le commissaire aux comptes choisit de mettre en oeuvre une ou plusieurs des procédures d’audit suivantes :

14. Lorsqu’il procède à la vérification du mode de calcul suivi, le commissaire aux comptes apprécie la pertinence des données de base utilisées et des hypothèses sur lesquelles se fonde l’estimation comptable et contrôle les calculs effectués par l’entité.

En outre, il vérifie, le cas échéant, que l’estimation retenue a été validée par la direction, au niveau de responsabilité approprié, conformément au processus défini par l’entité.

15. Pour la mise en oeuvre des procédures d’audit en réponse au risque d’anomalies significatives relatif aux estimations comptables, le commissaire aux comptes peut décider d’utiliser les travaux d’un expert.

5. Déclarations de la direction

16. Le commissaire aux comptes demande à la direction des déclarations écrites par lesquelles elle déclare que les principales hypothèses retenues sont raisonnables et qu’elles reflètent correctement ses intentions et sa capacité à mener à bien les actions envisagées.


Vous pouvez disposer d’une application pratique et agréable pour consulter les contenus de cette base documentaire en utilisant un navigateur web récent et en vérifiant que JavaScript est activé.